Plan épargne retraite (PER) : les nouvelles dispositions

Pour aider les salariés et indépendants à avoir une retraite plus ou moins confortable, certains systèmes d’épargne retraite sont instaurés. Ce sont des dispositifs purement mis en place pour préparer la retraite grâce à une épargne. Ainsi, vous êtes appelé à épargner un montant donné en investissant indirectement sur des supports en actions, en obligations… en des fonds. Cependant, ce n'est qu'en cas de circonstances reconnues exceptionnelles que vous pourriez toucher ces sous avant votre retraite, puisque cette épargne vise à améliorer votre capacité financière à la retraite. Le PER est venu en remplacement pour d’autres dispositifs d’épargne retraite anciens comme PERP, PERCO, Article 83 et les Contrats loi Madelin. Quel est alors le mécanisme de fonctionnement du PER ?

Le PER et ses subdivisions : différents types

En réalité, ce nouveau système d’épargne retraite (PER) mis en place n’a fait que regrouper les anciens dispositifs existants pour simplifier la vie aux souscripteurs. Besoin d’en savoir plus, vérifiez ceci pour avoir tous les détails sur le PER et ses démembrements. Ce sont ces anciens systèmes d’épargne retraite qui représentent au fait les différents compartiments de cette nouvelle disposition avec un petit changement d’appellation près. C’est ainsi qu’on y retrouve :

  • PER Individuels (PERIN) : accessible à tout type de travailleurs salariés ou non
  • PER d’entreprise facultatifs (PEREC ou PERCOL)
  • PER d’entreprise obligatoire (PERCAT ou PERO)…

Pour chacune des options PER, l’épargnant retrouvera son argent réparti dans les catégories suivantes :

  • versements volontaires
  • l’argent relatif à l’épargne salariale
  • l’épargne obligatoire

Quels éléments favorisent la sortie du PER ?

Comme on vous l’avait annoncé, le PER est établi pour être gardé jusqu’à la retraite et toutes les dispositions sont prises pour vous motiver pour ça. Toutefois, il est possible que l’on débloque cette somme avant d’atteindre la retraite même si la possibilité est assez faible. Il s’agit des cas de :

  • décès du partenaire ou conjoint de parcs
  • invalidité de l’épargnant ou l’un des membres de son foyer
  • surendettement
  • droit d’assurance au chômage expiré
  • liquidation judiciaire de l’entreprise de l’épargnant…